Undescribed image

Comment s'assurer de l'origine d'un produit?

27.11.2020

Selon la législation européenne, l’emballage d’un produit alimentaire doit comporter un certain nombre de mentions. Certaines vous sont très familières, d’autres non. Et parmi cette quantité d'informations, quelques éléments peuvent vous permettre de déterminer l'origine locale d'un produit. Décryptage.

Undescribed image

Les obligations légales

Tout d’abord, il est important de préciser que les informations sur les denrées alimentaires ne peuvent pas induire le consommateur en erreur. Elles doivent être précises, claires et aisément compréhensibles.

Quelles informations doivent figurer sur l’étiquette d’une denrée alimentaire préemballée ?

  • la dénomination des denrées alimentaires ;
  • la liste des ingrédients ;
  • les matières et produits qui causent des allergies et des intolérances (ceux-ci sont communiqués dans l’annexe II du règlement (UE) nr 1169/2011;
  • la quantité de certains ingrédients ou catégories d’ingrédients ;
  • la date de durabilité minimale ou, dans le cas de denrées alimentaires très périssables microbiologiquement, la date limite de consommation ;
  • les conditions particulières de conservation et d’utilisation ;
  • le nom ou la raison sociale et l’adresse de l’exploitant responsable de l’information alimentaire au sein d’une entreprise de denrées alimentaires;
  • un mode d’emploi au cas où son omission ne permettrait pas de faire un usage approprié de la denrée alimentaire ;
  • le titre alcoométrique volumique acquis pour les boissons titrant plus de 1,2 % d’alcool en volume ;
  • la quantité nette ;
  • le lieu d’origine ou le lieu de provenance (en accord avec les cas prévus par le règlement 1169/2011) ;
  • la communication de la valeur nutritionnelle (à partir du 13 décembre 2016);

Le packaging d’un produit inclus bien souvent d’autres informations qui ne sont donc pas des informations légales mais publicitaires.

Identifier l'origine d'un produit

L’origine d’un produit préemballé peut être déterminé de 2 façons; soit par « le nom ou la raison sociale et l’adresse de l’exploitant », soit par « le lieu d’origine ou le lieu de provenance » qui prend la forme d’une étiquette.

Attention, ce n’est pas parce que l’exploitant/ distributeur est belge que le produit – ou la matière première – est obligatoirement belge. Prudence, donc. Le sigle « BE » sera par contre indiqué si le produit a été réalisé en Belgique.

Enfin, les produits d’origine animale (viande, poisson ou lait, par exemple) doivent également obligatoirement reprendre un code destiné à assurer la traçabilité du produit. Cette « estampille » comprend le nom ou le code du pays où le produit a été fabriqué, le numéro d’identification de la société, ainsi que les lettres EG (ou EEG, ou tout autre équivalent dans une autre langue de l’UE). A titre d’exemple, si seule figure l’adresse de la chaîne de supermarché sur l’étiquette, l’estampille vous permet de savoir quelle société a fabriqué le produit sur le site de l’AFSCA.

Les allégations

Les consommateurs sont de plus en plus attentifs à la qualité et l’origine de leur alimentation. Cependant nombre de messages fleurissent sur les étiquettes, suggérant que le produit présente des qualités particulières liées à sa nature, son origine, sa composition, ses propriétés nutritionnelles ou son mode de fabrication. Ce sont des allégations à propos desquelles la vigilance est de mise. Les allégations nutritionnelles (en lien avec le contenu énergétique ou en nutriments) ou liées à la santé (« bon pour… ») sont réglementées par une directive européenne.