News

Février,
le mois sans...

18.02.2022

Février est décidément le mois « sans » !
Sans alcool d’abord avec la tournée minérale, sans supermarché ensuite. Le deuxième mois de l’année est bien décidé à nous mettre au défi !

Je suis trendy donc je suis ?

Concernant cette mode mensuelle des « sans ceci ou sans cela », évidemment chacun est libre de faire ses propres choix, de faire comme il veut en matière d’alimentation sans jugement ni culpabilité, sans devoir suivre obligatoirement les tendances, « c’est trendy, alors je le fais ! ». Du reste, la grande distribution est un partenaire de la consommation locale. D’ailleurs, à peu près tous les supermarchés aujourd’hui valorisent nos producteurs et offrent à nous consommateurs des rayons entiers de produits locaux. Alors, ne tombons pas dans des clichés simplistes « la grande distribution serait l’anti- consommation de terroir », non !

Néanmoins, cette initiative, venue de Suisse, a le mérite de nous faire réfléchir sur la manière dont nous consommons. Le monde change et notre façon de nous alimenter, et donc de faire les courses, aussi. Nous l’avons constaté au plus fort de la pandémie lorsque les consommateurs se sont alors véritablement rués vers les points de vente à la ferme, les commerces de proximité ou en circuit-court. Un véritable rush au point que les producteurs locaux eux-mêmes avaient du mal à répondre aux multiples demandes. Ceux-ci se sont alors adaptés et ont travaillé encore plus afin de répondre aux attentes des consommateurs.

Faire ses courses autrement

Aujourd’hui, chacun est retourné à ses anciennes habitudes mais nous constatons tout de même une envie de consommer autrement en favorisant les circuits de proximité. C’est pourquoi ce concept de « février sans supermarché » soulève un sujet intéressant et un intérêt du consommateur à repenser la façon de s’alimenter, à se réapproprier son alimentation, sa cuisine, et cela passe logiquement par la manière de faire les courses. Notre objectif ici est de prodiguer quelques conseils pour découvrir d’autres possibilités, d’autres alternatives aux supermarchés qui permettent, de temps en temps ou plus régulièrement, de renouer contact avec nos producteurs et artisans.

Parce que consommer local, durable et de saison est possible à travers nos commerces de proximité et est aussi l’occasion de se faciliter la tâche. En achetant en direct à la ferme, nous optons pour des produits frais, uniquement de saison et la plupart du temps non transformés. Quoi de mieux qu’un retour aux choses simples qui permet de soutenir notre économie et supporter nos artisans locaux. C’est enfin un geste pour l’environnement. En achetant local, nous participons en effet à réduire notre empreinte carbone.

Pour y parvenir, voici quelques conseils…

1. Oublier la pression !

Chacun fait comme il peut en fonction de sa propre réalité ! Le travail, les enfants, la course folle et quotidienne après le temps…la vie est suffisamment compliquée que pour s’imposer une pression supplémentaire. Vous avez été au supermarché cette semaine ? Aucun souci évidemment ! L’important est de prendre conscience qu’il existe d’autres solutions et que chaque petit pas compte.

2. Planifier & adapter ses menus !

Planifier ses menus est déjà un bon travail. Cela permet d’avoir une vision des repas de la semaine et d’anticiper les courses. En planifiant vos menus, veillez à réaliser des recettes de saison. Chez nous en Wallonie, cela ne sert à rien de cuisiner les tomates en hiver et les chicons en été. Il faut accepter ce que la nature nous donne en fonction des saisons, et pourquoi pas, redécouvrir certains produits oubliés ! En anticipant, vous pourrez également mieux repérer les commerces où vous rendre ou commandez en ligne.

3. Repérer les commerces !

Il existe de multiples plateformes sur le web pour repérer les points de vente de proximité voire des sites commerciaux pour commander vos produits auprès des producteurs locaux. Naturellement, nous vous partageons la nôtre aussi disponible en web app’.
Une fois vos menus et listes de courses faits, une fois les commerces en circuit-court repérés, il vous suffira d’organiser vos déplacements.
Aussi, profitez de ces occasions pour prendre du plaisir et recréer du lien social ! Faites vos courses en direct chez l’agriculteur et profitez de ce moment pour voir la ferme et les animaux. Favorisez ainsi les rapports humains avec les producteurs. Ils seront ravis de vous accueillir et de vous conseiller.

4. Privilégier le local & de saison !

Pensez local et de saison ! C’est certain, en grandes surfaces vous trouverez en permanence un maximum de produits dont l’origine est variable. Dans les commerces de proximité, vous n’y trouverez que ce que la nature peut vous offrir au moment précis. Les aliments locaux sont déplacés sur des distances plus courtes et induisent donc moins de dépense d’énergie pour le transport. Et qu’en est-il du prix alors ? D’abord consommer local n’est pas significativement toujours plus cher. En prenant le temps de comparer, vous seriez surpris. Ensuite, la question à se poser n’est pas que le produit soit plus cher à tel endroit mais quel est son prix juste ? Chaque artisan et producteur ne méritent-ils pas en effet une rémunération correcte pour leur travail ?

5. Favoriser le fait maison !

Prendre le temps de se réapproprier son alimentation, c’est aussi prendre le temps de se réapproprier sa cuisine. Prenons un exemple (de saison !) avec la Chandeleur. Tout le monde aime les crêpes et tout le monde a déjà vu ces paquets de crêpes toutes faites emballées sous plastiques… Alors que préparer des crêpes peut être un moment de convivialité uniquement avec produits simples (farine, lait, œufs, sucre) et un peu d’huile de coude. Faire soi-même, c’est revenir à l’essentiel.

6. Penser vrac & zéro déchet !   

En achetant local, vous créez des opportunités de réduire vos déchets ! Fini les (sur)emballages plastiques. On achète à la découpe et on évite les barquettes. On essaie d’acheter en vrac armé de récipients et de sacs réutilisables.

Ré-apprenons à n’acheter que l’essentiel.

7. Eviter le gaspillage !

Dans les supermarchés, les tentations seront plus grandes. En favorisant les commerces locaux, on s’évite les achats compulsifs de dernière minute que nous ne serons pas en mesure de consommer. Aussi en achetant local, voire bio, on s’offre les possibilités de consommer tout l’aliment ! Fini les épluchures et bonjour le retour des soupes, pestos, chips, et pourquoi pas yaourts, compotes, confitures et autres pâtes à tartiner maisons.

Nous vous souhaitons de belles découvertes et rencontres à travers nos points de vente à la ferme.