News

Des produits transformés locaux, c’est possible !

27.06.2022

D'ailleurs, pour certains d’entre eux, la transformation se conjugue avec artisanat et qualité. Nous sommes plutôt chanceux car ce n’est pas ce qui manque chez nous !

Un article de Potimanon

Glaces, sauces, chips… Notre territoire regorge de produits qui font la part belle à ce que nos terres ont de meilleur, n’en déplaisent aux clichés qui gravitent autour du secteur.

Thomas Cnockaert, l’un des trois fondateurs de la marque « Les Chips de Lucien », nous explique que c’est « l’agribashing » (soit la critique et le dénigrement du monde agricole), qui l’a poussé à lancer sa marque avec ses deux cousins, Stany et Antoine. C’était en effet très dur à vivre et c’est ce qui les a amenés à transformer leurs pommes de terre en en chips. « Avant ça, nous étions dans nos champs, sur nos tracteurs, et c’était difficile de communiquer de cette manière avec le consommateur. Je me suis alors rendu compte qu’aller à l’encontre de cet agribashing en disant : ‘c’est faux’, ça ne servait pas à grand-chose. En effet, il faut que les gens soient intéressés par ce que vous racontez et pour les toucher, il faut les sensibiliser. C’est pourquoi nous avons pensé créer un produit qui répond à la demande, mais qui se démarque et s’impose sur le marché comme différent. Notre produit, c’est du 100% naturel. Et c’est ça qu’on a voulu proposer afin d’intéresser le consommateur par un produit qui fédère autour de cet univers agricole. »

Une volonté d'authenticité !

Les Glaces Franklin illustrent également cette volonté de rassembler autour de l’authentique, tout en misant sur le local. « Nous avons les mêmes moyens, les mêmes exigences, et la même philosophie que l’artisan, mais on est dans l’industriel sur la partie technique » nous confie Vincent Harvengt, Managing Director et co-fondateur de la marque Franklin, dont la création, basée sur la volonté d’offrir aux consommateurs une glace sans sucre, remonte à 2011. « Avec le savoir-faire et les innovations techniques, on a une connaissance du produit qui est supérieure à celle d’un simple artisan. C’est une question de positionnement et de recette. »

C’est dans cette optique de favoriser l’artisanat que les Glaces Franklin ont décidé de faire passer la création des ingrédients primaires de leurs produits avant celle du produit final. « Tous nos ingrédients primaires sont créés d’abord avant de développer le produit final, précise Vincent. Nous réalisons tout nous-mêmes : par exemple, les biscuits que l’on retrouve dans nos glaces sont produits en collaboration avec l’artisan, afin qu’il n’y ait pas de sucre dedans.» Ainsi, les glaces Franklin soulignent également l’importance de travailler avec des producteurs et artisans locaux.  « On est fier de rémunérer le producteur de lait au prix le plus juste, de créer de l’emploi dans une usine locale qui emploie des familles de la région, de donner des revenus à des producteurs locaux. C’est important pour nous que notre travail ait du sens, que ce soit une question de goût, mais également au niveau éthique, social et économique. »

Découvrez Les Glaces Franklin

Du côté de la marque « Les Chips de Lucien », c’est également ce besoin de revaloriser un produit connu de tous qui s’est dégagé dans le processus de création. « Le marché du snacking est énorme, nous explique Thomas Cnockaert. Mais il y a tous ces produits gras, avec conservateurs et exhausteurs de goût… Avec mes deux cousins, nous avons voulu faire la même chose, mais de manière saine : ainsi la teneur en matières grasses et en sel de nos chips est plus faible, il n’y a pas d’exhausteur de goût, pas de conservateurs, pas d’additifs, pas de chlorure de potasse… »

C’est ainsi que « Les Chips de Lucien » s’imposent comme un produit fini ultra local, puisque Thomas, Stany et Antoine sont tous les trois producteurs de matières premières et ont directement les mains dans la terre. « C’est d’autant plus local car d’un point de vue agricole, nous sommes relativement connus ; on connait vite ce qui se passe de l’autre côté de la Belgique, nous confie Thomas. Au niveau de notre petit réseau, ça a vite fait effet boule de neige et les gens ont su que des agriculteurs à Mettet se lançaient dans de nouveaux produits. C’est innovant car c’est la première fois en Belgique qu’un agriculteur transformait ses pommes de terre en chips tout en étant producteur en même temps. Remettre de l’ultra local dans un produit existant, c’est difficile. Mais ici, comme c’est une première, ça a été d’autant plus impactant. Une chips locale, ça n’existait pas. » Et l’histoire est d’autant plus émouvante lorsqu’on sait que derrière le nom de la marque se trouve Lucien, le grand-père des trois fondateurs. « Lucien habitait ici à 3 km, il avait ses champs à Mettet » précise Thomas. Une histoire familiale, qui fait écho à celles des glaces Franklin. « L’histoire a démarré entre mon père et Franklin, explique Vincent Harvengt. Franklin est artisan, glacier, boulanger et pâtissier. Mon père était plutôt un homme d’entreprise. Leur idée : créer une glace qui soit sans sucre, plus vraie et plus juste. Le constat de base était qu’il y a de plus en plus de sucre dans les produits actuels et que ce sucre écrase le véritable goût des choses. On voulait apporter une solution de goût, car notre volonté est de miser sur l’authenticité. On ne veut pas un goût de sucre en attaque. On veut un goût authentique ».

Découvrez Les Chips de Lucien

Alors,
qui a dit que consommer local
de l’apéro au dessert,
c’était compliqué ?